J22 10/06/2017 Konia

Au petit matin, il y a jusqu’à 5 chiens qui tournent autour du K6, très débonnaires, se prélassant dans l’herbe.

Une fois le petit déjeuner avalé, toilette de chat effectuée (manque d’eau, on s’adapte), nous repartons vers Konia. Cette ville est le lieu où le poète Mevlana a fondé la secte des Soufis, et plus particulièrement le mouvement des Derviches Tourneurs. De son temps, ce groupe était confidentiel, et peu représenté. Aujourd’hui, mis en lumière par les media, les danses des derviches sont connues dans le monde entier et drainent un public mélangé. Ce qui nous intéresse, c’est l’essence du mouvement, et la raison de cette danse.

On pourrait croire que cette étape est un détour. Mais en fait, il y a plusieurs routes de la soie en Turquie. Safranbolu est sur une route nord, et Konia sur une route sud. De plus, il y a, à partir de Konia, une série de caravansérails construits sur demande d’un sultan du 13e siècle s’échelonne le long de la voie. Nous comptons voir ces caravansérails en passant.

Arrivée à Konia en fin de matinée. Nous vérifions que la représentation a bien lieu le soir même, et malheureusement, il n’y a pas de conférence. Donc, nous devons attendre 21h.

Nous déjeunons sur le parking du centre culturel Mevlana, à côté du Hilton. Discrètement, car nous sommes à Konia, les gens sont très religieux, et nous sommes en plein ramadan.

Plus tard, nous verrons quelques personnes manger, mais discrètement aussi. Aujourd’hui par exemple, la règle de ne rien absorber, ni solide, ni liquide, s’étend de 3h08 à 20h19. D’où la représentation à 21h. Il faut que les derviches aient mangé.

Ensuite, chasse à l’adaptateur. L’ordinateur ne peut fonctionner sur le 230V du K6 que par l’intermédiaire d’une fiche bipolaire, ce qui implique donc de passer par un adaptateur. Et celui qui venait de Chine a lâché. Déjà pas très simple à trouver en France, c’est un gros challenge ici. Au 5e marchand, on nous propose un adaptateur similaire au nôtre, mais un peu plus encombrant. Cher, en plus : 6€. Puis le marchand a un trait de génie et me propose un adaptateur Japon/Europe bipolaire. Bingo.

Nous pensions avoir du mal à trouver du pain, puisque les gens ne peuvent pas manger dans la journée. Eh bien non. Sans problème. Allez comprendre.

Nous faisons le tour de la colline Salaadin qui domine Konia, mais la mosquée est en réparations, les arbres ont poussé, on ne voit rien. Par contre, en redescendant, nous voudrions boire un thé, mais c’est fermé pour cause de ramadan, nous explique Ali Osman Sabanci, un Turc bavard qui a vécu longtemps en Italie, parle 5 ou 6 langues et baille à se décrocher la mâchoire (le ramadan…). Nous passons une heure très agréable avec lui avant de comprendre qu’il est épuisé par cette conversation, et ne pense qu’à rentrer chez lui attendre le dîner.

Un tour au musée Mevlana, pour essayer de voir qui était ce monsieur. Nous n’avons pas pu voir des tapis annoncés dans le guide. Disparus ? En tous cas, c’est un lieu de pélerinage, il y avait foule.

Dîner sur le parking de nouveau.

Et voici l’heure des Derviches Tourneurs. Le monument qui leur est dédié est immense et grandiose. Il semble d’ailleurs, comme beaucoup d’édifices représentatifs en Turquie, qu’il ait été surdimensionné. La salle où se déroule la danse est un théâtre rond d’un peu moins de 2500 places. Nous sommes environ 1/10e de cette capacité aujourd’hui. Le ramadan ? Il paraît que les attentats d’Istamboul et Ankara ont fait fuir les touristes étrangers. En tous cas, cette cérémonie est impressionnante. Elle dégage une grande sérénité. 25 derviches, majoritairement dans la force de l’âge, mais il y avait aussi un jeune de 12/13 ans.

Il y a un maître de cérémonie et un chef des danseurs. Tous dansent 4 fois en tournant autour de la piste, en suivant la musique de l’orchestre, en majorité des flûtes et des tambours. Un récitant lit des versets du Coran au début et à la fin de la cérémonie. Tout est calme. La seule fausse note dans cette représentation, c’est la technologie des éclairages puissants et changeant de couleur violemment.

 

 

 

 

Mais nous sommes ici dans une représentation, pas seulement une cérémonie. Il y a à Istamboul des lieux beaucoup plus petits où la cérémonie garde tout son sens.

Il est largement 22h30 lorsque nous nous mettons en route pour un camp sauvage sur la route en direction de Goyürt, un village troglodyte au sud-ouest de Konia. Pas de mosquée en vue, pas d’animaux non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.