J178 13/11/2017 Les procédures administratives du Balouchistan

Il a plu dans la nuit et la température s’est rafraîchie. C’est lundi matin, et nous pouvons repartir en chasse aux documents administratifs. La police appelée est bien instruite que nous souhaitons aller d’abord au consulat d’Iran, puis au gouvernement local. Donc on nous conduit d’abord au gouvernement local où, comme il fait froid dehors, les fonctionnaires se chauffent. Ils sont à 10 par bureau, bien carrés dans les fauteuils d’où invariablement nous les délogeons quand nous arrivons. Car nous suivons notre demande de NOC (Non Objection Certificate) d’un bureau à l’autre, religieusement. Un motard italien en panne de visa nous accompagne. Le marathon dure 2h, nous en sortons peu après midi, et commençons à nous dire que pour le visa iranien, cela commence à sentir le roussi, parce que la prière a lieu de 13h à 14h30. Nous secouons l’escorte qui avait tendance à la nonchalance, et arrivons à 12h40 devant le consulat. Là, nous passons en priorité, et ressortons 10mn plus tard avec 2 bons à payer sur la banque HBL pour le prix des visas (6350PR chaque, un peu plus de 100€ pour 2). Évidemment, nous ne trouvons pas d’ATM (DAB en français) capable d’accepter notre carte bancaire, et devons finalement mettre à contribution des dollars US.

Le tout, avec un déjeuner sur le pouce dans un faux McDo, nous a pris encore 2h, mais Munir, notre ange-gardien nous assure que de toutes façons, le consulat ne rouvre en fait qu’à 16h. Et il avait raison. Là, on nous échange nos documents contre un reçu valable pour le retrait des visas le lendemain. Nous protestons et obtenons de rencontrer le consul. Après délibérations, il nous promet les passeports pour 17h. Nous les recevons avec beaucoup de gratitude (sinon, il fallait recommencer le marathon du NOC le lendemain) à 18h15. En tout, nous avons passé plus de 9h à courir après 2 papiers.

Cela nous a permis de faire quelques courses alimentaires escortés par une Kalachnikov et d’avoir des conversations intéressantes avec Munir, d’apprendre par exemple qu’un officier de police de 38 ans, 16 ans de service, parlant anglais et qualifié pour le contact avec les étrangers gagne 38000PR par mois, soit un peu plus de 300€. Une moto standard coûte 42000 cash et 60000 si elle s’appelle « cash deposit » (achat à crédit). Munir a une seule femme qui est professeur, et 3 filles. Il est très chaleureux, évite la langue de bois, et souhaite nous offrir le dîner qu’il apporterait de sa maison après son service, ce que nous avons beaucoup de mal à refuser. Enfin, le résultat est que nous sommes prêts pour la traversée du Balouchistan et que nous pourrons partir dès demain matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.