J109 05/09/2017 New Dehli, le chaos circulatoire

La matinée se passe à traiter divers problèmes à distance, ce qui démultiplie les tâches à effectuer. Les impôts autistes qui ne se parlent pas d’une porte à l’autre, le treck au Népal qui commence à prendre tournure. Comme de plus, il reste quelques achats alimentaires à faire avant de partir, nous ne prenons la route qu’en fin de matinée. Et nous allons payer ce retard au prix fort à l’arrivée. La sortie d’Amritsar est congestionnée, et nous ne progressons que difficilement.

Les Indiens se déplacent dans tous les véhicules possibles.

 

 

 

 

 

Arrêt déjeuner dans un petit village. Les entrées de village sont signalées pae des monuments parfois très étranges.

 

 

 

 

 

L’autoroute est correctement protégée contre les véhicules locaux, mais il faut l’atteindre, elle ne commence qu’à plusieurs dizaines de km d’Amritsar. Mis à part quelques tronçons en travaux, la qualité de la chaussée est correcte, le K6 peut rouler dans le flot, la vitesse de croisière est de 100km/h (limite officielle à 90). Mais en fin de journée, la nuit tombée et à l’approche de Dehli, le trafic est très dense, devient plus compliqué, et c’est l’embouteillage. Nous voudrions nous arrêter, il y a de grands hôtels au bord de l’autoroute. Ils sont tous pleins, entièrement réservés pour des réceptions privées ! Retour dans l’embouteillage et entrée dans New Dehli absolument chaotique. Il y a 5 véhicules de front sur seulement 3 voies, et d’autres qui arrivent en face, tous en pleins phares. Concert de klaxons. Au bout d’une bonne heure après l’entrée dans l’agglomération, nous finissons par entrer dans la rue de l’hôtel pour lequel nous avons une réservation le 9 au soir…Le K6 se faufile entre les scooters, les motos, les voitures, les vaches et les gens qui dorment sur des châssis dans la rue. Personne ne bouge. Finalement, JL va à pied confirmer que l’on peut dormir là cette nuit et garer le K6 devant la porte. Incroyable, c’est possible, et brusquement, plusieurs personnes déplacent des scooters, guident la voiture, et nous arrivons à ranger le K6 exactement devant l’hôtel, au cm près. Nous retrouvons l’ambiance de cette petite rue encombrée le soir par les gens qui y vivent. Les voisins viennent nous parler, visiter la voiture, proposer leur aide. L’hôtel est en cours de rénovation, mais nous y sommes accueillis chaleureusement, et passons une nuit assez calme, malgré les bruits du chantier qui continue toute la nuit dans l’entrée de l’hôtel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.