J116 12/09/2017 Le labyrinthe de Lucknow

A Lucknow, les monuments historiques ne manquent pas. Les nababs ont érigé des mausolées pour eux, pour leurs mères, leurs enfants, et comme d’habitude, ils ont agrandi les monuments de leurs prédécesseurs, construit des lieux de culte ou autre extravagances. Nous choisissons de retourner à Imambara pour visiter le labyrinthe. Il s’agit d’un dédale de corridors, escaliers, terrasses imbriquées les uns dans les autres partiellement à l’intérieur même des murs. Aspect comique de cette visite : les couples hétérosexuels doivent impérativement être accompagnés par un guide. On se demande bien ce qui peut se passer dans ces couloirs sombres. Les Indiens ont une imagination…Bref, nous voilà partis à pied pour trouver un ATM dans l’environnement immédiat de la guesthouse, et il faut transpirer beaucoup, avaler beaucoup de poussière et être assourdis par beaucoup de klaxons pour arriver à trouver enfin une cabine réfrigérée où se trouve une machine qui veut bien accepter notre carte. Le passage de la rue à cette cabine est suffocant, l’écart de température devant avoisiner 30°C. Nous finissons le parcours dans un taxi électrique à 3 roues, totalement inconfortable, il n’y a aucune suspension.

Après avoir goûté à la vue depuis les terrasses supérieures du bâtiment, et essayé bravement de trouver notre chemin, F ressent une certaine réticence à s’engager dans les couloirs et escaliers noirs. Cela tombe bien, un groupe de 3 jeunes Indiens s’engage avec nous sur la voie inverse de l’aller.

Il est bien connu que plus on est nombreux, plus les décisions sont difficiles à prendre. Finalement, c’est le jeune Indien qui arrive à nous emmener dans l’escalier salvateur. Nous allons voir dans la foulée le hammam de peu d’intérêt, une grande partie ayant été amputée pour usage d’habitation privée et le puits à degrés qui ne vaut pas celui de Jelhum au Pakistan. Et bien sûr, nous sacrifions aux nombreux selfies qui nous sont demandés. Enfin, pas tous. Au bout d’un moment, on se lasse…

Le guide nous indique qu’un restaurant typique est à environ 1km de là, et nous prenons un rickshaw pour y aller. Ce restaurant est en fait dans la vieille ville, le quartier de Chowk. Et là, ça grouille d’activité dans des ruelles étroites pleines de boutiques de petits commerces. Au bout du compte, le pédaleur qui nous a bravement convoyés dans ce chaos s’arrête et nous montre une échoppe dans laquelle opèrent un cuisinier et un boulanger.

Derrière eux s’ouvre une salle rustique et mal éclairée, sans décoration, on dirait une cantine. A peine assis, nous recevons chacun deux assiettes, l’une comportant 2 nans (pain indien) et l’autre quelques boulettes de viande hachée. Pas de couverts. C’est le menu unique du restaurant, arrosé d’un pichet d’eau. Il s’agit de kebabs de buffle, la vache n’étant pas comestible en Uttar Pradesh. C’est très bon et assez épicé.

Retour sur l’avenue principale pour visiter la tour de l’horloge, fermée sans indication d’horaires. Nous nous rabattons sur le bâtiment en pierres rouges voisin et contemplons les portraits des nababs qui se sont succédés à la tête de l’Uttar Pradesh. Il semble que les règnes aient été de plus en plus courts avec le temps.

Il est temps ensuite de revenir à la guesthouse pour retrouver nos amis indiens et discuter avec Naheed la propriétaire des lieux. Ces rencontres sont conviviales et les échanges deviennent rapidement personnels et amicaux. Les pensionnaires de Naheed sont souvent en relation avec l’Alliance Française ou le collège de la Martinière. Il n’y a pas de hasard dans le nom du collège, c’est bien le même homme qui a voulu créer 3 collèges, à Lyon, Calcutta et Lucknow. Il faut croire que l’idée était bonne quand on considère la renommée de celui de Lyon et les effectifs de Lucknow : 4000 garçons et 2000 filles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.